Interview de Joe Flanigan, Pierre Tessier et David Nykl

Lors du TGS Springbreak 2018, nos journalistes Emily et Ludovic ont eu l'immense plaisir de rencontrer les acteurs américains Joe Flanigan et David Nykl ainsi que le comédien Pierre Tessier, la voix française de Joe Flanigan.

Emily : Pour commencer j'aurais quelques questions sur la franchise Stargate. Est-ce que vous avez vu la série Stargate Origins ?

Les 3 : Pas encore, malheureusement.

Joe Flanigan : Peut être que c'est bon... on verra bien. 

 

Emily : Que pensez-vous de l’engouement des fans encore aujourd’hui pour cette franchise ?

David Nykl : Je pense que c’est un atout formidable que les fans essaient de se remémorer les souvenirs, les sentiments. Nous sommes 10 ans ou plutôt 12 ans après l'arrêt de la série, et il y a encore autant de soutien. Cela signifie quelque chose qu'ils aient envie de voir le show encore aujourd'hui. Mais on réalise que les fans ne veulent pas voir quelque chose de différent. Ils veulent voir quelque chose de la façon dont ça a été écrit à l'époque, et pas une quelconque nouvelle version. C'est pourquoi Stargate Origins n'attire pas autant les fans par rapport à l'époque.

Joe Flanigan : Stargate SG1 et Stargate Atlantis étaient très "idiosyncratique". C’est une combinaison des acteurs et des scénaristes. C’est inhabituel et c'est difficile de recréer ça.

David Nykl : Et le sens de l’humour aussi ca joue ! et Joe aussi (rires)

 

Emily : Pierre, vous avez travaillé sur Stargate Atlantis ?

Pierre Tessier : Oui j’ai travaillé sur les 6 saisons de Stargate pour faire la voix de Joe, du Lieutenant-Colonel John Shepard.

Joe Flanigan : il est même mieux que John Sheppard ! (rires)

Pierre Tessier : C’est un personnage intéressant parce que c’est un commandant sympa mais avec beaucoup de distance toujours, beaucoup d’humour derrière. C’est ça qui fait l’intérêt de la série, selon moi. J’ai pris beaucoup de plaisir, toujours à sentir derrière les événements, les blagues sous-jacentes, la connivence entre les personnages, beaucoup de connivence entre les comédiens aussi je pense.

Joe Flanigan : Oui, exactement

Pierre Tessier : Il y a toujours beaucoup d’humour dans l’œil. Parce que nous dans le doublage, on travaille beaucoup avec les yeux des acteurs, on regarde beaucoup l’œil, la bouche aussi mais c'est surtout dans les yeux, et je voyais beaucoup d’humour dans ses yeux.

Joe Flanigan : C’est parce que parfois je ne pouvais pas parler donc… Oui mais vous voyez c’est intéressant parce que mon accent est très particulier. Il est caractéristique d’un état précis de la cote ouest des Etats-Unis. Beaucoup d’américains eux-même me demande : « Mais d’où tu viens ? » Il n’arrive pas à situer. C'est un accent un peu cow-boy. Je veux dire, c'est intéressant la traduction.

 

Emily : Y a-t-il eu des scènes plus difficiles que d’autres à tourner ?

David Nykl : Joe et moi nous n'avions pas beaucoup de scènes ensemble mais je me souviens d’une super scène qu’on a tourné ensemble. Nous étions avec notre combinaison spatiale, nous pendions à des câbles comme des marionnettes… et marcher avec la sensation d’être dans l’espace, comme en microgravité. Nous devions faire un bond pour franchir un obstacle et atterrir de l’autre côté. Bien sur c'était juste de la peinture verte sur le sol du studio (pour les effets spéciaux). Donc nous pendions suspendus aux câbles au dessus de cette peinture verte. Et nous devons atterrir de l'autre côté de cette peinture. Et Martin Wood qui filmait ce jour là, a donné l'instruction aux techniciens de manipuler les câbles à pleine vitesse et de nous projeter sur le mur. C’était marrant plus que difficile à jouer. La chose la plus difficile peut être, c’est la faim et la chaleur dans le costume.

Joe Flanigan : J’ai une photo de moi dans mon costume de l’espace en train de lire le New York times... (rires). Plus sérieusement, ce n’était jamais difficile dans le mauvais sens. Les heures de travail sont longues et c’était une série d’action à un certain degré, il y avait beaucoup de cascades. Mais la personne qui se plaignait le plus était David Hewlett. Parce que tout simplement, c'est ce qu'il aime faire. Il veut se plaindre.  On tournait à l'extérieur, il disait : « Oh mon dieu, il fait super froid ! » « Oh mon dieu, il y a des insectes partout ». Donc c’était marrant de le voir en mauvaise posture.

David Nykl : Oui, ce qui arrivait tous les jours.

Pierre Tessier : Jérôme, sa voix française, c’est un grand garçon il fait 2m de haut et il se plaint tout le temps ! C’est la même chose.

 

Emily : Qu'est ce qu'il vous manque le plus du tournage de Stargate Atlantis ?

David Nykl: Les gens, tout le monde, le cast, la camaraderie...

Joe Flanigan acquiesce.

 

Emily : Est ce que vous pouvez nous parler de vos futurs projets ?

David Nykl : Je tourne maintenant Arrow, nous sommes à la 6e saison, 22e épisode actuellement et la semaine prochaine, le 23e et ce sera le dernier pour cette saison. Nous tournons la suite en juillet. Pas de pause. Mais c'est un travail agréable.

Joe Flanigan : J'ai pris un chemin légèrement différent. J'ai écrit et produit. J'ai produit récemment un film dans lequel joue Jason (Momoa) et qui parle de Jim Thorpe. Jim Thorpe est un athlète trés connu, qui a remporté les Jeux Olympiques. Et je suis également consultant politique... ce qui est totalement étrange. Mais c'est trés intéressant. Je travaille avec plusieurs candidats. Donc....je pense qu'ils vont me dire de retourner faire l'acteur !

David Nykl : S'il te plait, sauve l'Amérique !

Joe Flanigan : On essaie de faire ça, de sauver l'Amérique.

 

Emily : Vous faites souvent des évènements tels que le TGS à Toulouse, qu'est ce qui vous plait le plus dans ce genre d'event ?

Joe Flanigan : J'aime rencontrer les fans. Les fans ont toujours des remarques différentes sur le show. Mais c'est incroyable l'impact sur les gens. Vous savez, vous êtes à Vancouver, dans un studio, vous travaillez, vous ne pensez pas à grand chose, vous ne faites que votre travail et puis des années plus tard, vous voyez l'impact que ça a. C'est très interessant. Cest parfois la chose la plus gratifiante. C'est ce que j'ai dit l'autre jour, je pense que ce que je fais c'est absurde, c'est marrant ; et un jour quelqu'un vous dit : "j'étais malade, j'ai eu un cancer et j'ai vu tous les épisodes du show, et ça m'a vraiment aidé". C'est plutôt sympa.